- PUBLICITÉ -
Adoption d’une politique intégrée de l’environnement et du développement durable à Saint-Eustache

(Photo Pierre Latour) - Le maire Claude Carignan et le président du comité de l’environnement, le conseiller Daniel Goyer, présentent la Politique intégrée de l’environnement et du développement durable.

Adoption d’une politique intégrée de l’environnement et du développement durable à Saint-Eustache

S'articulant autour de huit axes d’intervention

Les Eustachois devront prendre de nouvelles habitudes de vie, puisque l’administration Carignan entend ne plus enfouir de déchets d’ici cinq ans.

Le maire de Saint-Eustache, Claude Carignan, a prononcé ces dires à la suite du point de presse annonçant en grande pompe l’adoption par le conseil municipal de la Politique intégrée de l’environnement et du développement durable.
«Nous voulions nous donner une vision commune et coordonnée du développement durable», fait-il savoir. Cette politique s’articule autour de huit axes d’intervention: la gestion municipale, la qualité de l’air, la qualité de l’eau et la protection des rives, la conservation du patrimoine forestier et des espaces verts, la gestion des matières résiduelles, la gestion du sol et la gestion des neiges usées.

Elle se veut une façon d’engager les Eustachois à agir pour conserver l’intégrité des écosystèmes terrestres et aquatiques, pour sauvegarder le patrimoine forestier et pour améliorer la qualité de l’air.

Le conseiller municipal et président du comité de l’environnement, Daniel Goyer, a convenu que cette politique allait demander des changements à des règlements municipaux et des changements d’attitude. «Il y aura une adaptation à faire. […] C’était une volonté politique que d’être plus vert et, du coup, d’améliorer la qualité de vie des citoyens», fait-il savoir.

Parmi les mesures préconisées par la politique, notons la mise en œuvre d’un écocentre sur une base d’ouverture permanente pour l’apport volontaire des déchets ultimes, des matières putrescibles et des résidus domestiques dangereux. Cette mesure qui reste à planifier est l’un «des gros éléments» que comprend la politique, selon le maire.
«Nous aimerions ne plus enfouir de déchets. Nous voulons aller plus loin que le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles. Nous aimerions réaliser ça d’ici cinq ans», a-t-il affirmé. Serait-ce un futur engagement électoral pour un prochain mandat? La réponse est restée en suspens.

125 actions pour une meilleure qualité de vie

La politique qui compte 58 pages a été réalisée à la suite d’une consultation des citoyens en ligne, d’un forum et de conférences. Elle tient compte du Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles et de l’environnement particulier du territoire — ses trois rivières et sa zone agricole. S’inscrivant dans un «processus continu», elle comprend 125 actions qui pourront se réaliser au fil du temps, compte tenu du budget dont disposera la Ville.
«C’est n’est pas une politique qui va rester sur les tablettes, a assuré M. Goyer. C’est un dossier d’actualité priorisé sous Carignan. […] Nous ne pourrons pas tout faire en même temps, mais déjà plusieurs mesures sont en cours.»

Le plan d’action qui accompagne la politique comprend la création d’un service municipal dédié à l’environnement, l’implantation d’un marché agricole, l’implantation d’une collecte des matières recyclables pour les industries et les commerces avec des conteneurs, la création d’une zone verte le long de l’autoroute 640.

Rappelons qu’une première politique sur l’environnement avait vu le jour en 1992.

Il est possible de consulter ladite politique sur le site Web de la Ville http://ville.saint-eustache.qc.ca/fr/mairie/politiques_municipales.asp.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top