Le rêve du papillon

Benoît
Benoît Bilodeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Perdue lors d’une tempête de neige, une petite fille prénommée Tutu se retrouve dans une drôle de ville nichée au creux d’une vallée et dans laquelle l’hiver est éternel. Elle pense y trouver de l’aide, mais c’est plutôt un bien drôle de monde qu’elle découvre. Les habitants sont tous des animaux, et parlent: il y a les lapins en habit noir qui font office de police secrète, le chat qui devient son ami, le panda avec lequel elle doit travailler à l’usine et le grand empereur, toujours représenté par un robot. Surtout, la petite Tutu se retrouve prisonnière, incapable de s’en retourner chez elle. Même un tribunal la déclare «coupable d’être une petite fille» et d’avoir «délibérément déambulé sur un boulevard sans permission». Il y a cependant un espoir, le «cerf-voleur» qui pourrait lui venir en aide et cette proposition de l’empereur qui lui demande de capturer un étrange papillon capable de résister à l’hiver.

Le rêve du papillon: Stupides! Stupides espions! (Dargaud).

Voilà, en quelques mots, cette nouvelle série en quatre épisodes que proposent le scénariste français Richard Marazano et la dessinatrice chinoise Luo Yin avec Le rêve du papillon. Les deux premiers titres de la série, Lapins sur la lune et Stupides! Stupides espions! (Dargaud), viennent de paraître presque coup sur coup et permettent aux lecteurs de prendre part à un improbable voyage au pays de l’imaginaire, une sorte d’Alice aux pays des merveilles des années 2010.

En plus d’aborder des thèmes comme le combat pour la liberté individuelle et la nécessité de résister à toutes les formes de totalitarisme, la série est également une fort belle histoire teintée de poésie, de fantastique et d’humour, servie par de somptueuses couleurs et un graphisme d’une belle beauté. Vraiment, un conte tout à fait séduisant que les jeunes lecteurs aussi bien que leurs parents sauront apprécier!

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires