Notes du calepin - 29 février 2012

Benoît
Benoît Bilodeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour faire suite à ce que j’ai écrit, il y a deux semaines, dans cette chronique, au sujet d’Angoulême et de son Festival international de la bande dessinée que j’ai eu l’occasion de découvrir fin janvier, certains m’ont demandé comment il fallait s’y prendre pour organiser un tel voyage. Avec Internet, disons qu’il est plus que jamais facile d’organiser soi-même un voyage du genre ou tout autre voyage d’ailleurs. Mais il faut s’y prendre de bonne heure, surtout pour réserver une chambre, dans le cas précis d’Angoulême. Avec 1 500 auteurs et 700 journalistes accrédités, sans oublier les éditeurs eux-mêmes, leurs représentants et les 200 000 visiteurs, les chambres d’hôtel s’envolent, vous l’aurez deviné, assez rapidement. Heureusement, il y a l’option «Loger chez l’habitant», plus intéressante à mon avis, qui permet de loger dans la résidence d’Angoumoisins. C’est plus sympathique, et ça permet d’en apprendre plus sur la ville elle-même et sur les gens qui y habitent. Si vous prévoyez y aller, fin janvier, pour le Festival international de la bande dessinée, c’est donc début novembre qu’il faut réserver sa chambre, via le site Web de l’Office de tourisme du pays d’Angoulême, à l’adresse [www.angouleme-tourisme.com]. Pour le reste, il est très facile de réserver son vol d’avion ou une chambre d’hôtel dans une autre ville, par exemple avec [www.expédia.ca]. Pour le TGV (train à grande vitesse), on peut acheter son billet à l’avance, mais aussi sur place (un peu moins cher), comme à l’aéroport Charles De Gaulle. Et pour ceux et celles qui s’inquiètent de transiger via Internet, sachez que, dans mon cas à tout le moins, je n’ai jamais eu de problème.

 

Un voyage, ça permet de rencontrer plusieurs personnes. Et ce voyage en France n’a pas fait exception. Et cette fois-ci, disons que la barrière de la langue était inexistante, mis à part cet «accent» québécois qui étonne toujours nos cousins français (comme s’ils n’avaient pas eux-mêmes un accent!), contrairement à mes précédents voyages, en Italie et en Espagne. Cela dit, salutations à Julie Rhéaume, attachée de presse pour le Festival et Québécoise d’origine, ainsi qu’à toute son équipe de la salle de presse. Salutations aussi à Christopher, auteur de la série Love Song (Le Lombard), Nix, auteur de la série Kinky et Cosy (Le Lombard), Kas, auteur du diptyque La fille de Panane (Le Lombard) et Benoît Sokal, auteur de la série Kraa (Casterman). Aussi, je ne veux pas oublier tous ces gens qui m’ont aimablement accueilli dans les salons des maisons d’édition Le Lombard, Dargaud, Delcourt et Casterman. Enfin, des salutations à Bérangère Guérin qui, à Angoulême, m’a hébergé (c’était une première expérience pour elle), et à la famille Dulong, Christophe, Sylvie, ainsi que leurs filles et Alix, qui m’ont invité pour le souper plus d’une fois lors de mon séjour à Buc, près de Versailles, et que j’ai grand plaisir à revoir (on s’était connus lors d’un voyage à Las Vegas et les parcs nationaux). Au plaisir de se revoir un de ces jours!

Organisations: LeLombard, Casterman, Love Song Kinky Kraa

Lieux géographiques: Angoulême, France, Italie Espagne Buc Versailles LasVegas

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires